Mes pupilles aux aguets

Encore de noir grimées

Se dilatent

Et se rétractent

En cherchant à apercevoir

Ce que je ne peux concevoir

Telle une sœur Anne

Dipsomane

Guettant

Mais ne discernant

Dans le tourbillon fou de feuilles

En deuil

Qui divaguent

En zigzag

Au vent

Violent

Rien qu’une poussière funeste

Comme un zeste

De peste.
———————————————————
Poème

Illustration photo: Rached Miladi


Mes pupilles aux aguets

———————————————————————————————–



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *